Crèches sociocritiques

Crèche de la paix (1985)

Cette artiste innove avec ce travail extraordinaire de crèche socialement critique. La crèche n’est plus une vision apaisante d’un enfant couché sur la paille mais une vision socio-critique qui donne une image complète de notre mode de vie aujourd'hui. Cette oeuvre soulève un questionnement et oblige le spectateur à réflechir. Elle présente divers éléments qui évoquent le système capitaliste. Cette œuvre a plus de 25 ans et malheureusement elle est toujours auss actuelle, même plus que jamais! Les fléaux de notre société prennent corps dans les différents personnages.

A gauche :

Le chômage :

Le travailleur est de mauvaise humeur et déprimé car il s´est fait licencier.

La famille désunie :

Les enfants sont égarés au milieu de nulle part,  ils ne sont ni à l’intérieur, ni à l’extérieur. Ils se sentent seuls car leurs parents se séparent. La maman ne pense qu´à se balader, à faire du shopping et le papa semble stressé par son boulot et par la nécessité d'absolument gagner de l’argent.

A droite :

Le tiers monde, la pauvreté :

La dame assise est une maman qui a perdu son enfant car elle n’avait pas les moyens pour le nourrir.

Le capitalisme :

L´homme au cigare s´empare de tout, il détruit les forêts vert émeraude et n´a aucun scrupule. Il écrase les autres pour réussir. Pour lui, seul l’argent compte. C´est l´avidité du pouvoir.

Au milieu :

L´espoir.

Il est présent dans cette crèche et offre une perspective d´avenir plus paisible. Les souches d’arbres, sources de vie nouvelle, nous rappellent nos origines : La terre !

Le métissage culturel :

Nous sommes tous frères et soeurs, issus d´une même famille. Les enfants - de différentes ethnies et de différents pays - sont réunis et s´amusent ensemble avec un serpent.

L´âne : Pourquoi un serpent? Cet animal représente le mal, non?

Le bœuf : Justement, ici le mal n’a plus de pouvoir! Les enfants sont libres de jouer en toute insouciance avec le serpent comme l´avait dit le prophète Isaïe:

"Le nourrisson jouera avec la vipère ornée, dans le trou de la loutre le jeune enfant mettra sa main"

(11- 8).

La paix :

Jésus Christ est né et son père, Joseph, libère le monde. Il retire les barbelés de la terre, il la délivre du mal. Joseph représente tous les pères qui devraient changer le monde pour protéger leur famille. Marie Thérèse JUNG, Mönchengladbach (D) Personnages en cire de synthèse, étoffes diverses

Le rêve des anges

Une autre crêche atypique dénonce l'armement exagéré.

"Le rêve des anges."

Ici aussi, l’artiste Berta Kals d’Aiy-la-Chapelle, qui malheureusement s’est déjà éteinte, tente de faire passer un message et ne se limite pas à la simple considération. Dans les rêves des anges, les armes deviennent des instruments de musique qui produisent une mélodie céleste. Le texte écrit du mari de l'artiste complète l'ensemble et invite le spectateur à réfléchir à Noël, symbole de la paix.

Les fusées SS et Pershing-2 deviennent, dans le rêve des anges, un banc pour la mère et un berceau pour l’enfant divin. Les fusils deviennent des flûtes et des jouets pour enfants, tandis que les chars blindés deviennent des organes sur lesquels on peut jouer les fugues de Bach. Les canons quant à eux deviennent des violoncelles sur lesquels on joue des morceaux de musique. Les cartouches se transforment en flûtes de Pan alors que les grenades deviennent des hautbois, dont les mélodies romantiques viennent à cœur. Les fusées se transforment en harpes, laissant ainsi entendre leurs chansons d'amour. La crêche ressort de l'époque de la guerre froide, mais compte tenu des innombrables conflits guerriers et des milliards d'euros consacrés aux armes, elle n'a malheureusement rien perdu de son actualité.